LE SPECTACLE

LE SPECTACLE

Que dit-elle ?

Elle nous parle de sa liste de courses, de son mari Arturo, de sa fille, de ses patronnes etc. alors qu’elle vient de commettre l’irréparable ! Elle vit sa dernière heure de liberté, avant son arrestation filmée et diffusée en direct à la télévision. Elle s’entraîne pour savoir que dire face à la caméra.
Le public assiste au déroulé de sa vie.
Rien plus rien au monde est un drame terrible d’aujourd’hui. La chute libre d’une femme dans notre environnement économique fatal, qui fascine en même temps qu’il terrifie.
Ce texte littéraire social, réaliste est joué façon Actors studio. Les mots portent, heurtent pour faire avant tout entendre la rage de vivre de cette femme, son amour de la liberté, sa déchéance sociale due au chômage, sa frustration, sa vulnérabilité, son addiction à l’alcool et la montrer dans son humanité et dans l’intensité de sa folie.
La musique composée par Gilbert Gandil, jouée en direct par deux musiciens, module, découpe, projette le sens de ce drame.
Une mise en scène épurée, un décor a minima, laissent à la comédienne une liberté de jeu dans l’espace et dans son interprétation.
Les spectateurs assistent à une représentation très « authentique » pleine d’humanité. Ils vivent, ressentent d’une manière profonde en effet miroir l’intensité de ce soliloque. Des moments de rire, des moments de larmes !
Cette tragédie contemporaine qui peut éveiller en eux un Oreste ou une Electre !

Nicole Mouton

Que dit-elle ?

Elle nous parle de sa liste de courses, de son mari Arturo, de sa fille, de ses patronnes etc. alors qu’elle vient de commettre l’irréparable ! Elle vit sa dernière heure de liberté, avant son arrestation filmée et diffusée en direct à la télévision. Elle s’entraîne pour savoir que dire face à la caméra.
Le public assiste au déroulé de sa vie.
Rien plus rien au monde est un drame terrible d’aujourd’hui. La chute libre d’une femme dans notre environnement économique fatal, qui fascine en même temps qu’il terrifie.
Ce texte littéraire social, réaliste est joué façon Actors studio. Les mots portent, heurtent pour faire avant tout entendre la rage de vivre de cette femme, son amour de la liberté, sa déchéance sociale due au chômage, sa frustration, sa vulnérabilité, son addiction à l’alcool et la montrer dans son humanité et dans l’intensité de sa folie.
La musique composée par Gilbert Gandil, jouée en direct par deux musiciens, module, découpe, projette le sens de ce drame.
Une mise en scène épurée, un décor a minima, laissent à la comédienne une liberté de jeu dans l’espace et dans son interprétation.
Les spectateurs assistent à une représentation très « authentique » pleine d’humanité. Ils vivent, ressentent d’une manière profonde en effet miroir l’intensité de ce soliloque. Des moments de rire, des moments de larmes !
Cette tragédie contemporaine qui peut éveiller en eux un Oreste ou une Electre !

Nicole Mouton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


PageLines